GIUDICELLI, Claude (Antibes, le 20 septembre 1935 - Mutzig, le 16 juillet 2003) :


Photo envoyée par Olivier Schlienger.

Il apprit l’orgue avec l’organiste de Notre-Dame-d’Espérance à Cannes, Roger Stiegler, avant d’entamer des études de lettres, de philosophie et d’histoire à Bordeaux et Grenoble (1954-59) qui le menèrent à devenir professeur de lettres (de 1960 à 1995). Il renforça ses études musicales auprès d’Ennemond Trillat (piano), de Robert Veyron-Lacroix (clavecin), d’André Stricker et de Michel Chapuis (orgue). Il suivit également des cours d'interprétation (piano) aux Conservatoires de Moscou et de Leningrad (avec Alexei Nasedkine, Mme Murina, Evgueni Malinin, et Alexei Kastelski). De 1980 à 1988, il fut directeur de l’école de musique de Mutzig, où il enseigna le piano et le clavecin. De 1973-1980 il tint le poste de claveciniste de l'Ensemble Baroque de Strasbourg qui lui participer à des tournées de concerts, des émissions de radio et de télévision, et à la réalisation de disques. Après avoir occupé plusieurs tribunes (cathédrale de Gap, collégiale Saint-Julien de Tournon, chapelle du lycée de Vidalon-lès-Annonay) il vint finir sa carrière d’organiste aux claviers de l’orgue Silbermann/Stiehr-Mockers de l’église Saints-Pierre-et-Paul de Rosheim, de 1995 à 2003. C’est autour de ce vénérable instrument qu’il mit sur pied un festival de musique particulièrement vivant. Outre quelques enregistrements (aux orgues d’Altorf, de la Montagne-Verte, Strasbourg, de Mens-en-Trièves ou du couvent Saint-Antoine de Sélestat), il laisse de nombreuses critiques musicales (Dauphiné libéré, Progrès de Lyon, Nouvel alsacien, Dernières nouvelles d’Alsace). Son caractère profondément humaniste se doublait d’une grande loyauté et d’une ouverture d’esprit admirable. De plus, il excellait dans l’art de l’improvisation. Son style personnel avait été remarqué par Olivier Messiaen.

Sources : Guillot, Pierre, Dictionnaire des organistes français des XIX° et XX° siècles, Mardaga, 2003, p. 241-242 (texte communiqué par Claude Giudicelli) ; souvenirs personnels ; remerciements à Olivier Schlienger.


Envoi d'Olivier Schlienger

Retour à la page In Memoriam

Retour à la page d'accueil