'ELSÄSSISCHER ORGELREFORM

par Emmanuel FABRE
(organiste titulaire de l'orgue de l'église Saint-Pierre-le-Jeune-catholique de Strasbourg)

a. Le "premier orgue de l'Orgelreform : Saint-Sauveur

"Un orgue selon BACH, de 32 jeux, conçu par moi, avec une intonation à la SILBERMANN (mixtures douces, anches douces, tous les jeux avec une pression minimale) […]. Le résultat est grandiose. Un splendide et souple fortissimo ! Dans les fugues, les voix intermédiaires sont exécutées de façon claire et remarquable." La composition de l'instrument sent évidemment la patte d'Albert SCHWEITZER. On y retrouve son goût plus que prononcé pour les fonds, mais ave une excellente harmonisation individuelle et collective, domaine de prédilection de DALSTEIN-HÆRPFER, et par l'adoption d'une pression aussi basse que possible. Les pression choisies en 1907 vont de 97 à 127 mm. Certes, on est encore loin des mesures préconisées deux ans plus tard dans le Règlement de Vienne. mais le progrès est déjà considérable en comparaison des pressions énormes employées alors par la facture industrielle allemande. L'exigence d'une intonation correcte passe obligatoirement par des matériaux de qualité. La plupart des tuyaux sont soit en excellent bois, soit en étain de 50% à 75%. En 1985-86, la manufacture d'orgues MUHLEISEN procède à la restauration complète de l'instrument, avec retour à la composition d'origine et préservation du système pneumatique tubulaire, ce qui est une première en Europe dans l'histoire de la protection du patrimoine organistique. Il s'agit aussi de la première restitution d'un instrument de l'Orgelreform, reconnaissance encore timide de l'importance du mouvement dans l'évolution historique de la facture d'orgue.

 


Retour au plan de la conférence

Retour à la page de présentation de la Réforme alsacienne de l'orgue

Retour à la page d'accueil