Mars 2005

Entretien avec Philippe Heinis

 

Yannick Merlin :
M. Heinis, vous êtes le concepteur de la "Malle pédagogique".
Pouvez-vous nous expliquer en quoi elle consiste ? Par rapport à votre vécu, comment en avez-vous eu l'ingénieuse idée ?

Philippe Heinis :
La " Malle Pédagogique " est le résultat de 3 années de travail et de réflexion au sein de l'association " Découverte des Orgues de Haute-Alsace ". Elle est destinée aux enseignants et à leurs élèves du cycle 3 (CE2-CM1-CM2) et permet de faire " une découverte de l'orgue " sur une durée maximum de 10 semaines. Cette malle contient un dossier d'environ 100 pages intitulé " A la Découverte de l'Orgue " et toute une série de supports pédagogiques (panneaux, CD audio, cassette VHS, maquette d'un orgue miniature, tuyaux, poster chronologique, …)

Cette découverte de l'orgue s'articule autour de 3 étapes : la première est une initiation en classe au travers de 8 activités de 30 à 45 minutes chacune, la seconde est une visite " pour de vrai " d'un instrument avec rencontre d'un organiste et la troisième est une évaluation sous la forme d'un questionnaire à choix multiples.

Dès le départ, j'ai souhaité réaliser un outil qui réponde aux attentes des instituteurs et des professeurs des écoles. Pour atteindre les enfants, il faut d'abord convaincre les pédagogues ! Un effort particulier a donc été fait en direction des enseignants qui, face à la complexité d'un instrument comme l'orgue, peuvent être réticents de prime abord. C'est pourquoi, le dossier est constitué d'un premier volet théorique destiné précisément à l'enseignant. Celui-ci y découvre l'évolution technique et historique de l'orgue sur 23 siècles ainsi que son fonctionnement détaillé. De nombreux schémas et photos agrémentent le texte et facilitent sa compréhension. Un lexique des termes techniques permet de s'approprier un vocabulaire spécifique à l'orgue. Ce volet n'a nullement la prétention de se substituer aux ouvrages ou autres traités de la facture d'orgues déjà existants, mais tout en étant complet va à l'essentiel et s'adresse aux personnes souvent peu averties des choses de l'orgue. Les professeurs d'école et instituteurs pourront ainsi aborder sereinement le cycle d'activités adapté à leurs élèves.

Le second volet du dossier est axé sur la démarche pédagogique proprement dite. Pour chacune des 8 activités (1 activité/semaine), on trouve les " fiches du Maître " précisant les prérequis, la durée, le matériel nécessaire (fourni par la D.O.H.A), le déroulement détaillé de la séance et le corrigé des activités proposées. Les élèves travaillent, quant à eux, sur les " fiches de l'élève ". Ils sont ainsi soumis à des jeux d'écoute sur les sonorités de l'orgue, acquièrent un vocabulaire spécifique, découvrent les principaux " organes " d'un orgue, son fonctionnement, son évolution sur 23 siècles, apprennent à distinguer timbre, intensité et hauteur d'un son, écoutent des œuvres pour orgue appartenant à différents courants musicaux (baroque, classique, romantique,…), utilisent l'internet, … Lors de cet apprentissage, les écoliers sont systématiquement en situation de recherche dans des séances variées. Chaque activité prépare la suivante et l'approche est très différente de celle qui est proposée dans le premier volet réservé aux enseignants. D'ailleurs, au départ, les enfants ne savent même pas qu'ils vont étudier l'orgue !...C'est au travers de jeux d'écoute -lors de la première activité- qu'ils vont découvrir petit à petit les sonorités de l'instrument " mystérieux ". Dans la plupart des séances, un parallèle est fait entre les organes du corps humain et ceux de l'orgue pour faciliter notamment la compréhension du fonctionnement (exemples : soufflet/poumon, souffleur/cœur, porte-vent/trachée, transmission mécanique/muscle, …) Ces différents " organes " pourront être observés sur la maquette de l'orgue qui est une miniaturisation d'un instrument de taille réelle.

Souvent aussi, la séance débute par une question à laquelle les élèves sont amenés à répondre grâce à une recherche s'appuyant sur les différents supports pédagogiques déjà mentionnés. Exemples: " Un orgue, ça ressemble à quoi ? ", " un orgue, ça fonctionne comment ? ", " Qui a inventé l'orgue ? Quelle est son histoire ? ", … La cassette VHS permet, quant à elle, de découvrir comment est fabriqué un orgue, grâce aux explications du célèbre facteur d'orgues alsacien Gaston Kern. Il présente les différentes étapes de construction d'un instrument et fait ainsi découvrir son métier par la même occasion. Enfin, aucune classe n'étant identique à une autre, l'enseignant pourra adapter les " fiches de l'élève " à sa guise en modifiant les fichiers numériques contenu dans un CD mis à disposition. Cela permettra de faire un ajustement de la difficulté ou encore de la durée de chacune des activités si cela s'avère nécessaire. Cette souplesse sera sans doute appréciée par les formateurs. Aujourd'hui, deux malles existent et passent d'une école à l'autre sur demande. L'une est gérée par la DOHA et l'autre par le Centre Départemental de Documentation Pédagogique du Haut-Rhin. Le site internet du CDDP présente cette malle et permet notamment de visualiser les panneaux mentionnés plus haut.

C'est probablement parce que je suis moi-même enseignant et organiste que je me suis tant investi dans la réalisation de ce projet aux côtés d'André Metzger, président de la DOHA. La réalisation de la malle s'est faite très progressivement. Il fallait trouver les idées… et convaincre les sponsors, réaliser les supports pédagogiques. Cela a nécessité de la persévérance et de la disponibilité! Je tiens à préciser que la finalité de cet apprentissage est différente suivant que l'on est enseignant ou membre de la DOHA… En effet, les activités sont pluridisciplinaires c'est-à-dire qu'elles permettent de travailler différentes matières : le français, les mathématiques, l'histoire, la technologie, la biologie,… et la musique bien sûr ! Cet aspect du projet, et on le comprendra aisément, intéresse davantage l'instituteur. L'orgue n'est que le " prétexte " permettant de développer différentes compétences chez les élèves. Les membres de la DOHA espèrent, quant à eux, un regain d'intérêt des plus jeunes envers l'instrument à tuyaux.

Je ne saurais dire si l'idée de la malle est ingénieuse (comme vous dites) ; en tout cas, elle me semble nécessaire aujourd'hui pour que le riche patrimoine organistique de notre région soit protégé par les générations à venir. En effet, depuis quelques années, les membres de la DOHA constatent un vieillissement croissant des auditeurs présents aux concerts d'orgue ainsi qu'une baisse significative du nombre des élèves dans certaines écoles d'orgue. Et ceci, malgré une activité particulièrement riche autour du " roi des instruments " (concerts avec retransmission vidéo parfois, conférences, visites,…) C'est pour cette raison que ce projet est devenu un des principaux axes de travail de l'association DOHA. Placé dans le dos du visiteur, sur une tribune souvent inaccessible, l'orgue est aujourd'hui un instrument très mal connu du public et notamment des jeunes qui, dans leur grande majorité, n'ont pour ainsi dire jamais l'occasion de voir une console de près. La malle pédagogique est un moyen de rapprocher les jeunes écoliers de l'orgue. Il n'en faut souvent pas davantage pour que naisse une passion ! Les différentes activités proposées dans le projet permettent aux enfants de découvrir, non seulement ce qu'est un orgue d'une manière générale mais aussi de s'intéresser à l'instrument de leur ville ou de leur village grâce à une recherche informatique sur internet (ou sur Cd-Rom) au cours de la 7ème activité. Ils auront ainsi des connaissances et porteront un autre regard sur cette " mystérieuse machine " située, probablement, non loin de leur école. Cette activité peut alors motiver les élèves pour la visite de l'orgue et pour la rencontre d'un organiste qui suivra (étape n°2).

Enfin, la troisième étape consiste à évaluer les enfants et vient clore logiquement cet apprentissage. La série de 20 questions proposée pourra aussi être personnalisée par l'enseignant en fonction de ses priorités.

Y. M. :
Merci pour cette description de votre projet et de sa réalisation encore naissante. Néanmoins, vous qui l'appliquez dans vos classes, pouvez-vous nous expliquer comment elle est reçue par vos élèves ?

Philippe Heinis :
Je n'applique pas personnellement ce projet dans mes propres classes pour la simple et bonne raison que je n'enseigne pas au niveau des classes de l'école Primaire mais au Lycée et dans le Supérieur. Par contre, je peux relater deux expériences menées à Issenheim et à Thann si vous le permettez.

A Issenheim, l'expérience a été menée au début de l'année 2004 à l'école publique. La malle n'était, alors, pas encore totalement achevée et de nombreuses corrections étaient encore nécessaires. Néanmoins, le projet a remporté un véritable succès d'après le témoignage de l'instituteur. Les activités ont été testées avec " gourmandise " par les enfants tout au long des 10 semaines prévues ! Devant l'excitation des écoliers, le pédagogue a avancé la visite par rapport au calendrier prévu initialement. Ces enfants ont été très curieux et ont posé de nombreuses questions à l'organiste local lors de l'étape 2 du projet. En mars 2004, c'est Michel Chapuis qui est venu honorer par sa présence le travail des enfants et de l'instituteur au cours d'une réception faisant suite à un concert donné sur le magnifique orgue Callinet d'Issenheim. En complicité avec les Amis pour la Sauvegarde de l'orgue de la même ville, la municipalité a offert un disque d'orgue du Maître Chapuis à chaque enfant ! Mais l'aventure ne s'est pas arrêtée là. Quelques mois plus tard, au cours d'un récital d'orgue donné par Marie-Claire Alain, les nombreux dessins des enfants défilaient sur un écran géant placé dans le chœur de l'église. Tantôt on voyait la Grande Dame de l'orgue, tantôt on pouvait admirer ces images parfois emprunt d'une naïveté attendrissante ! Sur l'un deux, on pouvait notamment lire " L'orgue est le soleil d'une église ".

Ce n'était que vers mi-septembre que la malle pédagogique était véritablement opérationnelle. C'était alors au tour de Thann de se lancer dans l'aventure. Le directeur de l'école du Steinby -aidé par l'association des Amis de l'orgue de Thann- a de suite accepté la proposition. Il était servant de messe dans sa tendre enfance et a toujours rêvé d'aller voir de plus près le grand orgue de la collégiale- m'a-t-il confié! A Thann, toutes les activités ont été faites et suivies scrupuleusement comme cela est proposé dans le dossier pédagogique. Par contre, le directeur a souhaité doubler la cadence à raison de deux activités par semaine au lieu d'une seule. Cela a évité de faire patienter trop longtemps les jeunes avant la visite. Ce sont au total 150 enfants qui ont ainsi participé au projet (5 classes) et il a fallu organiser plusieurs visites. Une visite le matin et une visite l'après-midi plusieurs lundis de suite. Le projet a même été étendu au cycle 2 (CP et CE1). Ce qui n'était pas prévu au départ ! Tous les enseignants de l'école ont ainsi participé. Des dessins ont été réalisés, des bricolages,... qui ont fait l'objet d'une exposition ouverte aux parents. L'organiste local était lui aussi enchanté. Les enfants posaient tellement de questions lors de la visite (étape 2 du projet) qu'il n'arrivait plus à suivre... Rien que la montée à la tribune de l'orgue de Thann par l'escalier en colimaçon a marqué les esprits... Ces enfants ont donc été tellement impressionnés que leur déplacement dans la collégiale s'est fait dans le plus grand calme ! Les enseignants ont également acquis des connaissances sur le sujet, ce qui a contribué à une motivation non seulement des plus petits mais aussi des plus grands! " Le malle est un outil formidablement bien pensé ; il y a une partie très intéressante pour les enfants, mais aussi un dossier pour compléter les informations des enseignants " avait confié le directeur à la presse lors du cycle d'apprentissage qui s'est terminé le 6 décembre (St Nicolas) autour de chocolats chauds et manalas offerts aux enfants par les Amis de l'orgue de Thann. Le corps enseignant a d'ores et déjà prévu de renouveler l'opération périodiquement tous les 3 ans !

Y. M. :
A plus long terme, pensez-vous développer ce concept afin qu'il soit accessible à des niveaux scolaires plus élevés (je pense aux collégiens, notamment) ?

Philippe Heinis :
Si vous avez eu l'occasion de jeter un coup d'œil sur le site du CDDP du Haut-Rhin à l'adresse mentionnée ci-dessous*, vous constaterez que la promotion de la " malle orgue " est destinée non seulement aux élèves du Primaire mais aussi aux élèves du collège et même à ceux du lycée… Cependant, sur le plan pédagogique, les activités proposées ne sont destinées qu'aux élèves du cycle 3 du premier degré même si elles sont effectivement adaptables aux collégiens et aux lycéens. Les différents supports pédagogiques (panneaux, disques, maquette de l'orgue miniature, tuyaux,…) peuvent aussi être utilisés en partie dans les classes du Secondaire. Une évolution vers les niveaux scolaires plus élevés n'est donc pas à exclure. Cependant la mise en œuvre d'un tel projet au collège ou encore au lycée est probablement plus complexe. Sans vouloir être exhaustif, voici l'une ou l'autre raison : dans ces établissements, les cours durent en général une, voire deux heures au plus. C'est le cas du cours de musique notamment. Consacrer deux ou trois heures pour la visite, par exemple, supposera donc de reporter un cours de maths ou un cours de français… Ce qui peut poser des difficultés dans la réorganisation de l'emploi du temps des élèves et du professeur qui a d'autres classes en charge pendant ce laps de temps. Et puis, avec une heure par semaine, un projet sur 10 semaines peut empiéter sévèrement sur les programmes scolaires surtout lorsque le cours de musique est une épreuve du Baccalauréat avec un programme dense et " rigide "! L'école primaire offre donc plus de souplesse puisque 2 activités peuvent être proposées dans la même semaine et pas forcément que dans le cadre de l'éveil musical mais, pourquoi pas, conjointement à des activités d'Histoire ou de Français !
Les différentes adaptations nécessaires pour les niveaux plus élevés supposent forcément une étroite collaboration avec des professeurs du Secondaire… ce qui n'est pas encore à l'ordre du jour !
Pour le moment, je souhaite donc me concentrer essentiellement sur les écoles primaires. Pour la DOHA et moi, il s'agit d'abord de " mesurer " l'intérêt que cette malle suscite auprès des écoliers et de leurs enseignants. C'est le CDDP du Haut-Rhin qui fera la promotion directement dans les écoles du département et transmettra à la DOHA un rapport annuel (écoles ayant participé, les réservations en cours,…) Cela permettra d'ajuster l'offre en malles par rapport à la demande d'une part et de faire des corrections suite à d'éventuelles remarques ou idées des expérimentateurs d'autre part. Enfin, cet apprentissage n'est pas uniquement destiné à " remplir les têtes " mais aussi à séduire et " atteindre les cœurs "… A mon avis, un challenge plus facile à remporter le plus tôt possible, c'est-à-dire auprès des écoliers qui ont entre 8 et 10 ans!

*http://www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/musique/orgue.htm

Nous remercions chaleureusement Philippe Heinis qui a accepté de répondre avec célérité à nos questions.

 

Retour à la page "Entretiens"

Retour à la page d'accueil