Introduction

La restauration d'un orgue ayant subi plusieurs transformations ou altérations (du point de vue de sa facture en général) est soumise à un certain nombre de questionnements d'ordre historique et esthétique.
En effet, faut-il chercher à retrouver un instrument appartenant par toutes ses caractéristiques sonores et mécaniques à une époque passée sans tenir compte de son environnement actuel ? Faut-il adapter l'harmonisation de ses jeux par rapport à son rôle liturgique ?

Le cas de la restauration de l'orgue Joseph Merklin du couvent Saint-Antoine de Sélestat réunit ces questions essentielles et contient dans sa réalisation les réponses qui y ont été apportées.

Notre travail est composé de trois parties principales.
Tout d'abord, nous évoquerons les étapes les plus significatives de la vie du facteur d'orgues Joseph Merklin.
Ensuite, nous présenterons l'origine et les circonstances de l'arrivée au couvent Saint-Antoine de Sélestat de l'orgue Joseph Merklin construit en 1885 à Tain-l'Hermitage, en remplacement de l'orgue Georges Schwenkedel de 1948.
Dans un troisième temps, nous exposerons le projet de restauration ainsi que son déroulement détaillé.

Enfin, nous proposerons quelques idées pouvant permettre un approfondissement de l'intégrité de l'instrument.
En guise de conclusion, nous relaterons les programmes des journées d'inauguration et nous ferons référence aux réactions les plus significatives de différents organistes, après leur découverte de cet instrument restauré.

Remerciements

Qu'il nous soit permis de remercier tout particulièrement Béatrice Piertot, Alexis Lagaisse, Julien Merlin et Cédric Oberlé pour leur soutien chaleureux et sans faille. Notre gratitude s'adresse également à la communauté missionnaire de Notre-Dame-des-Neiges qui a su nous témoigner une confiance et une serviabilité sans borne. Nous remercions cordialement Philippe d'Anchald, Eric Eisenberg, Claude Giudicelli et Pierre Guillot pour leurs apports pertinents et éclairés de documents et d'informations qui nous ont permis de mener cet article à terme.

Cet article est dédié à la mémoire de Fabrice Prodnik, ami et organiste ayant participé à la restauration de l'orgue Joseph Merklin du couvent Saint-Antoine de Sélestat, décédé lors de la catastrophe du château de Pourtalès (Strasbourg), le 6 juillet 2001.


Calligraphie de Fabrice Prodnik
(livre d'or de l'orgue restauré
du couvent St-Antoine de Sélestat)

SUITE

Retour à la page d'accueil